Histoire du Wing Chun

Le Wing Chun Kung-Fu est un art martial Chinois, créé par les moines du Temple Shaolin du Sud, en Chine, il y a environ 330 ans.

Il existe un débat au sein des familles du Wing Chun quant à l’origine de l’art martial. Une légende communément transmise est que la nonne Ng Mui, en fuite à la suite du saccage du temple Shaolin, aurait créé les bases du Wing Chun en observant un combat entre une grue et un serpent, chaque animal représentant un des aspects forts du Wing Chun. Celle-ci aurait ensuite transmit son art à une jeune femme Yim Wing Chun, mariée contre son gré à un riche marchand.

Celui-ci nomma cet art martial en hommage à son épouse et aida à sa diffusion.

 

Des recherches effectuées pendant plus de 20 ans par le Musée du Wing Chun semble offrir une tout autre version de la légende. Suite à l’invasion du Nord de la Chine par les forces de la future dynastie Manchoue des Ming, la dynastie Qing, sur le déclin, s’enfuyait vers le sud avec ses partisans. Parmi ceux-ci étaient des moines du temple Shaolin du Nord, qui se réfugièrent au temple Shaolin du Sud, encore à l’abri de l’invasion.

 

Les membres restant de la dynastie Qing, avec l’aide de leurs généraux et des moines Shaolin, travaillèrent alors de concert pour développer un art martial efficace et qui permette de conduire des actions de rebellions contre la nouvelle dynastie mandchoue. Le nom de code « Yim Wing Chun » aurait alors été donné à cet art nouvellement créé, ce code pouvant se traduire par « Le retour du printemps éternel », symbolisant la renaissance de la dynastie Qing.

Les détenteurs de cet art se seraient par la suite séparés en 5 branches, dont seulement 2 enseignent toujours le Wing Chun à proprement parlé, les 3 autres ayant dérivées sur d’autres formes d’art martiaux.

 

Les lignées les plus connues aujourd’hui proviennent de la troupe d’opéra Hung Suen (1850), appelée aussi Opéra de la Jonque Rouge. Ceux-ci naviguaient à travers la Chine pour conduire des actions contre la dynastie Ming sous couvert de spectacles d’opéra chinois. Cette lignée donna notamment la lignée du Grand Maître Ip Man.